Lettre à la liberté

Se donner le choix

Cher Josh,

Si tu lis cette lettre, c'est que je me suis finalement libéré du fardeau qui me rongeait aujourd'hui. Ne te méprends pas sur mes intentions, je ne cherche ni à me faire pardonner de mon acte, ni à te rendre complice de celui-ci. J’avais juste envie de te partager ces pensées qui vagabondent dans mon esprit.

Depuis toujours, ce monde n’est pas le mien. Je ne me suis jamais senti à ma place et j’ai dû me cacher, me brider afin de me conformer aux lois en place.  Cet univers où chaque individu vit selon les mêmes règles, ou la liberté d’esprit n’as pas sa place. Et lorsque l’on n’entre pas dans cet écosystème, on est immédiatement relégué au titre de paria et on doit par conséquent subir ce qu’il appelle une « remise à niveau ». Mais je le sais pertinemment que cela n’est ni plus ni moins qu’un lavage de cerveau. Il est triste de voir que ce pays ne laisse pas la place à la liberté d’esprit. Selon eux on suit la pensée collective, celle qui unira chacun et permettra une harmonie permanente.  A mon avis, je parlerais plutôt de pensée unique, voire de pensée imposée, l’unique route à suivre.

Cela fait maintenant plus d’une trentaine d’année que je vis comme un marginal au sein de cette société. Chaque jour qui passe est pour moi un supplice, je vois la ligne, je la vois celle qui me fait passer d’un simple citoyen à celui d’un fou. J’ai beau essayé de me conformer aux règles, de suivre cette route toute tracée, mais c’est plus fort que moi. J’ai ce besoin incessant de voir autre chose, d’agrandir mon champ de visions, d’apprendre plus. Pourquoi m’empêcher de suivre une route différente si celle-ci me convient ?  Où est le mal si je m’écarte de la route principale ? je ne fais de mal à personne. Je ne force personne à me suivre, je ne cherche en aucun cas à changer ce monde. Je souhaite juste pouvoir vivre une vie ou ma liberté m’es acquise.

Tu n’imagine même pas le nombre de fois où j’ai failli craquer, abandonner, mais je sais que tu as été là pour moi. Tu es le seul qui m’ai accepté réellement, en sachant que cela te mettrait en danger. Pourquoi m’avoir aidé ? pourquoi moi ? Jusqu’à aujourd’hui je ne pouvais pas réellement comprendre tes intentions. Mais en réfléchissant, je pense que toi est moi on n’est pas si différent. Tu as juste plus de force, de courage que moi pour survivre dans un tel cadre. Et cette force garde la précieusement, elle te sera à jamais utile, sache le.

Aujourd’hui je suis à bout de force, j’ai épuisé toute mon énergie, toute force pour survivre dans une telle réalité. Mais sache que rien n’est perdu pour moi. J’ai trouvé une nouvelle force, celle de m’assumer, même si cela va à l’encontre des règles qui nous sont imposées. Je décide aujourd’hui de me conformer à mes propres choix, mes propres principes. Je ne laisserai personne me transformer en pantin incapable de faire fonctionner ses neurones. Si cet environnement ne m’accepte pas tel que je suis, alors je partirais vers un autre monde, peu importe s’il existe réellement ou si cela est une simple création de mon esprit.

Et même si cela n’est qu’illusoire et que mon départ vers cette nouvelle vie n’est qu’un départ vers le néant, je l’accepterai. Mon corps sera peut-être perdu mais mon esprit restera libre jusque son dernier souffle.

Je m’excuse de ne pas t’en avoir parlé plus tôt de ce choix, mais j’ai la certitude que tu aurais tenté tout ton possible pour me faire changer d’avis, et je le comprends parfaitement. Il est clair que ce choix n’est pas un choix sans risque, personne n’as jamais osé en ces lieux de faire un tel choix. Je ne pense pas être le premier à y songer, mais je suis persuadé que chaque personne ayant ne serait-ce songé à une telle « liberté » s’est vu rapidement « remise » sur le droit chemin.  Comprend que par précaution, et afin d’éviter le même châtiment, je me suis bien gardé de ne parler à personne ce choix. Le moindre de nos mouvements est épiés, j’ai dû par conséquent resté dans l’ombre afin de concrétiser ce projet.

Ne soit pas triste, ne t’en veux pas de ne pas avoir pu faire plus pour moi, tu en as fait bien plus que nécessaire. Tu as toujours su poser les mots les plus justes pour me réconforter, tu as été la seule personne qui acceptait ma différence, et qui par-dessus tout me faisait sentir normal. Toutes ces discussions qu’on as pu avoir, tous ces échanges, tu en as fait tellement pour moi et je ne saurais réellement comment te remercier.

Aujourd’hui il m’est impossible de faire marche arrière, je me suis enfin libéré de mes chaines, je me sens libre et finalement heureux de cette liberté que je cherchais tant. Même si cela me crève le cœur de savoir qu’on ne se verra plus.  Sache que peut importe ce qui m’arrive, tu resteras dans mon cœur, et j’en ai la certitude, cela n’est qu’un au revoir, et non pas un adieu.

Comprends le, si je ne fais pas ce choix aujourd’hui, je n’aurai jamais pu le faire à l’avenir. Ils me l’ont fait comprendre, j’ai reçu de leur part le dernier avertissement, je n’avais plus droit a l’erreur. Un seul écart et je perdais a jamais cette petite lumière au fond de moi. Il m’est impossible d’accepter de devenir un être vidé de toute réflexion. Avant de partir et de perdre ce qui m’est plus cher, ma liberté de pensée, je préfère partir définitivement, mais resté qui je suis réellement.

Prends soin de toi, reste toi-même, tu es une personne unique. Ne te laisse pas envahir par tes émotions, soit fort et surtout ne me rejoins pas. Ceci est mon choix, ne t’efforce en aucun cas de me suivre, suit ta propre voie, celle qui t’as mené à être la personne que tu es aujourd’hui.

Je ne vais pas te retenir plus longtemps, j’ai un long chemin qui m’attends, merci pour tout ce que tu m’as apporté. Grace à toi j’ai pu vivre toutes ces années tout en ayant une personne sur qui me raccroché. Il est bientôt l’heure, je ne veux en aucun cas rater mon train vers cet avenir meilleur.

A toi mon ami, mon confident, ta route sera surement semée d’embuche mais je sais pertinemment que tu seras capable de surmonter tous ces obstacles. Au revoir.

Paradoxe gémellaire
Quand une décision  s'impose